François Beaune et Fabrice Turrier en résidence au lycée professionnel du Nivolet

Portée par un partenariat entre Lectures Plurielles et le Lycée du Nivolet – La Ravoire, François Beaune, auteur, et Fabrice Turrier, illustrateur, ont vécu une expérience immersive en partageant le quotidien des élèves et des enseignants, du 12 au 16 octobre et du 2 au 6 novembre 2020. De l’internat à la cantine, en classe et dans les ateliers, au CDI et dans la salle des professeurs, ils ont vécu “le lycée” et la vie de ses “habitants”.

Les deux artistes n’en sont pas à leur premier coup d’essai dans le domaine : en effet, ils ont déjà vécu en 2019 une expérience en immersion au plus près des habitants des Hauts de Chambéry, lors d’une résidence portée par Malraux Scène Nationale Chambéry Savoie, à l’écoute de leurs histoires individuelles et de leur parcours. Les « récits vrais » ainsi récoltés ont été réunis dans le livre illustré Dans ma zup (Le nouvel Attila). 

Ils ont proposé aux élèves la récolte d’« histoires vraies » auprès de leurs proches, famille et amis. Ces récits de vie ont constitué la source d’inspiration de textes où les histoires personnelles deviennent… littérature. Une façon de donner aux élèves l’envie de prendre leur plume (ou leur clavier) et de plonger dans le réel par le biais de l’écriture, suivant ces consignes, illustrées par Fabrice Turrier :

Consignes aux élèves

 

Les productions des élèves seront réunies en une publication illustrée par Fabrice Turrier et une restitution sera organisée au lycée. Voici d’ores et déjà quelques retours des artistes, des professeurs et des élèves :

Fabrice Turrier, illustrateur :

“Deux semaines, toujours trop court, dans les conditions que nous savons. Les histoires vraies sont toujours une expérience pour moi très émotive ou -tionelle, la « rencontre », l ‘écoute » et toujours reçus avec une générosité immense. Nous l’avons je crois encore vécu.

Un lycée incroyable peuplé de machines que je n’avais jamais eu l’occasion de voir. Tout est fait pour pouvoir fabriquer une maison là-bas. J’ai vu la difficulté de leur travail, l’énergie qu’il faut donner, la passion qu’il faut transmettre avec des élèves qui semblent parfois démotivés, mais ils semblent rares. Plein de métiers sont possibles ici. 

Une ambiance soudée avec de la pâte à crêpes, qui embaume du coup tout le bâtiment. J’ai été reçu avec confiance et amitié, me sentant illégitime de donner des cours, soutenu par des professeurs d’arts appliqués, ils m’ont permis de réaliser que je pouvais apporter quelque chose, ne serait-ce qu’un échange d’idées, ou leur montrer qu’un dessin se réfléchit, se rate, s’exerce avant de trouver le bon. Juste ça. Et cela semblait important. Ils m’ont montré leur travail avec les élèves, expliqué leur démarche, ce que j’ai trouvé passionnant.

Le fait de vivre en internat, en immersion est aussi quelque chose d’important. Très. Je ne conçois pas les histoires vraies sans cela. C’est la base. J’ai déambulé sans savoir ce que je cherchais, via le prisme de deux histonautes qui débarquaient sur une planète inconnue. Les machines, l’architecture, la signalétique m’ont confortés dans cet imaginaire de science fiction que j’adaptais à cette aventure. Les élèves nous ont ravis de leurs histoires, car ils ont tous joué le jeu finalement. Malgré des réticences parfois mais François est très bon pour les convaincre et les faire participer. Cela a bien eu lieu, et chacun a pu exprimer un petit bout de soi ou des autres, avec le regard, l’écoute et le respect. Nous avons pu vivre alors de belles émotions, de beaux moments, avec rires, sérieux ou larmes, dans ces récits qui nous étaient délivrés au CDI. Générosité des professeurs, de toute l’équipe du Lycée, des élèves, je crois que nous avons été gâtés. Nous avons dû apporter une gentillesse (je m’y œuvrai !) une bienveillance et une écoute, une petite soucoupe qui les sortaient un peu de leur quotidien …. peut-être ?”

Catherine, professeure Lettre-Histoire,

“Ce projet est devenu un moment fort avec cette classe, il y a une forme de rencontre. Certaines de leurs histoires sont vraiment touchantes et j’ai comme l’impression que ces deux semaines auront été l’occasion de « dénouer » ou de « déclencher » la parole.”

Nadia, professeure Lettre-Histoire,

“Je tire un bilan très positif de cette expérience, humainement et professionnellement. Merci beaucoup Olivier et Catherine pour ce projet, votre travail et votre investissement. Merci Olivier Bayle pour tes tableaux que tu es le seul à pouvoir réaliser;) Ce fut l’occasion de voir nos élèves sous un angle différent, surprenant, parfois émouvant. Et l’espace de quelques heures retrouver de l’insouciance et oublier la morosité ambiante de notre actualité sanitaire. Les auteurs ont été très humbles et accessibles. De chouettes rencontres et leurs retours montrent qu’on a pas perdu la main.”

Jean-Yves, professeur Lettre-Histoire,

“Ce fut une excellente expérience pour les 2 classes, T. BMEbéniste et T. BAC AA, et pour moi-même. Nous avons tous été très heureux de participer à ce projet, de passer un excellent moment avec ces deux camarades admirables, Marcel et Francis, également de découvrir aussi certains élèves qui se sont mis parfois “à poil” devant les autres. Nous continuerons donc cette oeuvre en classe, en espérant que nos deux compères reviennent nous visiter une autre fois…”

Catherine, documentaliste,

“Quelle expérience ! Quelle intensité ! Des joues rougies, des doigts qui se tordent, des ongles rongés, des jambes qui sautillent à cause du stress, des sanglots tellement l’histoire racontée est chargée d’émotion mais aussi de magnifiques sourires, des éclats de rire et surtout de la fierté d’avoir réussi…Les élèves se sont mis à nu avec courage devant leurs camarades,leurs profs ,Fabrice et François et en plus face caméra ! Un exercice d’éloquence difficile mais tous l’ont fait. Ils nous ont beaucoup donné en quelques minutes. La présence de Fabrice et François a adouci cette rentrée au contexte inhabituel et morose. Merci à eux et merci aux élèves de nous avoir offert ces moments hors temps, hors actualité, hors quotidien.”

Ce projet a été rendu possible grâce à l’implication active des artistes, de l’équipe pédagogique et administrative du lycée et de Lectures Plurielles, avec le soutien de la Délégation Académique aux Arts et à la Culture de Grenoble, la Région Auvergne Rhône-Alpes et la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne Rhône-Alpes