Sébastien Spitzer

Le Cœur battant du monde, La Fièvre , Albin Michel

Sébastien Spitzer

Dans Le Cœur battant du monde (Albin Michel), Sébastien Spitzer prend le pouls d’une époque où la toute-puissance de l’argent brise les hommes et l’espoir de jours meilleurs. Il dresse le portrait de l’Angleterre des années 1860, des rues qui sentent la misère, l’opium, la prostitution et la révolution. Freddy ignore qu’il est le fils de Karl Marx, alors que ce dernier écrit, le premier prend les armes contre les oppresseurs.
Lauréat du Festival en 2018 pour Ces rêves qu’on piétine, L’Observatoire.

 

 

La plus grande ville du monde est une Babylone à bout, traversée de mille langues, repue de tout ce que l’Empire ne peut plus absorber. Elle a le cœur des Tudors et se gave en avalant les faibles. Et quand elle n’en peut plus, elle les vomit plus loin et les laisse s’entasser dans ses faubourgs sinistres.