Paul Kawczak

Québec | Ténèbre , La Peuplade, 2020

Paul Kawczak

Universitaire et éditeur, Paul Kawczak, écrit un roman d’aventure sur fond de colonisation du continent africain. Un matin de septembre 1890, un géomètre belge, mandaté par son Roi pour démanteler l’Afrique, quitte Léopoldville vers le Nord. Avec l’autorité des étoiles et quelques instruments savants, Pierre Claes a pour mission de matérialiser, à même les terres sauvages, le tracé exact de ce que l’Europe nomme alors le « progrès ». Ténèbre est l’histoire d’une mutilation, celle de l’Afrique mais surtout celle des corps.

Paul Kawczak est lauréat du Prix Les Rendez-vous du premier roman-Lectures Plurielles.

Participant à la colonisation, il fut témoin de l’hystérie maladive et haineuse des Occidentaux. Jamais il n’eût pensé auparavant que l’on pouvait insérer un bâton de dynamite dans l’anus d’un homme et l’allumer.

Votre premier souvenir de lecture ?
Le Dauphis de l’Amazone, dans la série de BD Les aventures du Commandant Cousteau de Dominique Sérafini. C’est mercredi. je suis en CP. J’apprends à lire. Ma mère veut que j’aille au judo. Je veux rester lire Cousteau. J’obtiens gain de cause. Je finis les 40 et quelques pages dans la journée. Grande fierté.

Le livre qui pour vous est incontournable, à lire absolument ?
Un de mes incontournables est Le Conte du Graal de Chrétiens de Troyes. À lire avec l’ancien-français en regard des pages traduites. Beauté suprême. Mystère, profondeur mystique, romanesque chevaleresque, échec du héros.

Le livre que vous n’avez jamais lu mais qui vous fait envie ?
L’homme sans qualités de Robert Musil. Brique immense qui m’attire. Manque de temps.

La première histoire que vous avez écrite ? De quoi parlait-elle ? 
Des extra-terrestres m’enlevaient au KFC, et m’emmenaient sur Uranus car mes cauchemars perturbaient leur planète.