Retour aux invité·es

Melody Razak

Royaume-Uni | Moth , Weidenfeld & Nicolson

Melody Razak

Melody Razak est une écrivaine anglo-iranienne, titulaire d’une maîtrise en création et écriture.  Avant d’écrire, elle a été propriétaire d’un café et a également travaillé en tant que cheffe pâtissière à Londres. Elle a publié des nouvelles dans plusieurs revues. Moth est son premier roman.

Delhi, 1947. Dans toute l’Inde jusqu’alors dominée par les Britanniques, les tensions entre la communauté hindoue, majoritaire, et les Musulmans, sont exacerbées par la perspective de l’Indépendance du pays, proclamée le 15 août. Le choix est alors fait d’une partition en deux états : l’Inde et le Pakistan.

Dans ce contexte historique hautement explosif, Alma, 14 ans, vit une enfance protégée au sein d’une famille de Brahmanes instruits et tolérants. Néanmoins, les troubles politiques vont vite franchir les hauts murs de la maison familiale, et Alma va connaître le sort terrible de millions de femmes au moment de la Partition.  

Melody Razak met ainsi au service de thèmes universels : la fragilité des destinées humaines, les discriminations dont sont victimes les femmes. Une écriture splendide, lyrique et sensuelle, qui lui permet de capturer aussi bien l’extrême violence de ces années de chaos que la puissance de l’amour familial ou encore la beauté d’une fleur, l’odeur d’un fruit, la fraîcheur de la pluie.  

Photo: ©PatriciaNiven

Moth

PAR LES LECTEURS DE LECTURES PLURIELLES

Moth

PAR LES LECTEURS DE LECTURES PLURIELLES

Quel est votre premier souvenir de lecture ?

Betty la Chipie d’Enyd Blyton et après ça, tous les Enyd Blyton et les Roald Dahl. J’ai dévoré Sacrées sorcières.

Quel est votre premier écrit ? De quoi parlait-il

Je me souviens d’avoir écrit une page de mon journal à la manière Jane Eyre lorsque j’avais 11 ans. C’était excitant et gothique : je prétendais mourir d’amour pour Mr Rochester.

Quel est selon vous le livre à lire absolument ?

Il y en a tant ! Je reviens souvent à Portrait de femme de Henry James pour la manière formidable qu’il a de camper un personnage, mais je me souviens aussi de la première fois où j’ai lu Le Dieu des petits riens de Arundhati Roy et à quel point ce livre m’a transportée. Je sentais la prose parcourir tout mon corps !

Melody Razak