Marie Mangez

Le Parfum des cendres , Finitude

Marie  Mangez

Chargée de cours à l’université, Marie Mangez vit à Paris où elle travaille sur une thèse en anthropologie. Dans Le Parfum des cendres, Alice, étudiante qui n’en finit pas d’étudier, se lance dans une thèse sur la thanatopraxie. Elle est stagiaire auprès de Sylvain, plongeant ainsi dans les techniques de préparation des morts. Odeurs, senteurs, spécificités olfactives amènent à percevoir ce qui émane de ces personnes décédées et petit à petit entraînent le lecteur dans un monde de perceptions, de douceur et d’attention pour l’autre. Sylvain, le taiseux, très réservé et sur le quant à soi s’ouvre peu à peu à Alice, la “sans gêne”… Un roman aux effluves d’humanité.  

Je me sens trop vivante pour ne pas être passionnée par la mort, monsieur Bragonard. Comme beaucoup de personnes, non ? […] Qu’est‑ce qui vous intéresse dans la mort ? » Silence profond. Il semblait sincèrement réfléchir à la question. « La vie ». 

Le Parfum des cendres

par les lecteurs de Lectures Plurielles

Le Parfum des cendres

par les lecteurs de Lectures Plurielles