Les prix révélations de la SGDL

Les prix révélations de la SGDL

Partenaire de Lectures Plurielles depuis plusieurs années, la Société des Gens De Lettres (SGDL) a pour vocation la promotion du droit d’auteur et la défense des intérêts des auteurs. Forte d’une tradition de plus d’un siècle et demi, la SGDL s’attache à la promotion du patrimoine littéraire, à la défense de la langue française et de la liberté de création et poursuit activement les échanges culturels avec les autres pays.

Le Festival accueille cette année deux auteurs dont les textes, romans ou nouvelles ont été primés par la SGDL : Laurent Petitmangin, lauréat du Grand Prix SGDL du premier roman 2020 et également lauréat du Festival du premier roman pour Ce qu’il faut de nuit (La manufacture de livres, 2020), et Fanny Saintenoy, lauréate du Prix Révélation du Premier Recueil de nouvelles pour J’ai dû vous croiser dans Paris (éditions Parole, 2019).

 

Fanny SAINTENOY

J’ai dû vous croiser dans Paris (éditions Parole, 2019) 

D’abord professeure de français langue étrangère puis assistante aux affaires culturelles de la SCAM (Société Civile des Auteurs Multimédia), Fanny Saintenoy travaille aujourd’hui au service des relations internationales de la Ville de Paris. Romancière et poétesse, elle livre dans J’ai dû vous croiser dans Paris un ensemble de courts récits sur les habitants de la capitale française. Au détour d’une rue, d’un square, d’une place, un appel à observer les gens qui nous entourent, à percevoir des bribes de vies, à écrire sur des situations vécues ou imaginées.

“Nous sommes les habitants fragiles et tenaces de Paris. Je suis un homme qui boite, un enfant trop sensible, un chat mélomane, une vieille dame qui perd la boule, une jeune femme désespérée, une adolescente en colère, un homme qui rentre chez lui le 13 novembre, une amoureuse au pied de l’Institut du monde arabe, un gardien de musée, une fille en deuil, un réfugié, une écrivaine, toutes et tous à la fois. […] Nous sommes, dans cette mosaïque de portraits, les habitants fragiles et tenaces de Paris.”