Laurent Binet

Civilizations , Grasset

Laurent Binet

« Comme les traboules lyonnaises, les allées chambériennes innervent la ville savoyarde et lui confèrent une large part de son mystère.   

Les premiers romans sont comme ces ruelles obscures : remplis de recoins, et l’on ne sait jamais ce que l’on va y trouver. C’est cette absolue inconnue qui crée le désir, l’excitation et le frisson. Dans les livres présentés à Chambéry, tout est neuf, donc tout est possible. Chaque année, depuis 1987, le Festival du premier roman, né des ambitions les plus hautes, celles des découvreurs, reçoit  les auteurs de demain. Ce festival a toute la beauté des débuts d’histoire.

Au-delà de cette ambition, sa marque est bien sûr sa générosité : on donne sa chance au romancier qui vient de naître, on l’invite à se joindre aux autres, on lui offre de prendre la parole, on le reçoit entre Rousseau et Lamartine. On l’accueille. On l’intronise. Chambéry est, dans tous les sens du terme, la table ronde des écrivains.

La tâche que vous vous êtes assignés est la plus difficile qui soit pour un événement culturel (et on pourra dire qu’en 2020 les difficultés n’ont pas manqué) puisque, par définition, il n’ y a parmi les lauréats ni noms ronflants, ni valeurs sûres. Le public, toujours plus nombreux, ne sait pas précisément qui il vient voir. La curiosité est l’autre nom de la générosité.

Comment, dès lors, s’étonner qu’on y revienne ? Une fois, deux fois, la troisième pour moi, davantage pour certains.

Cela s’appelle la reconnaissance. »

Laurent Binet

Laurent Binet est un habitué de Chambéry. Lauréat en 2010 pour HHhH (Grasset, 2010), roman largement récompensé et salué par la critique, il est revenu en 2017 pour fêter la 30e édition du Festival du premier roman avec La septième Fonction du langage (Grasset, 2015).

Après avoir écrit sur l’assassinat du dirigeant SS Heydrich, puis revisité la mort de Roland Barthes, Laurent Binet plonge désormais dans d’autres temps et nous revient avec Civilizations (Grasset, 2019, Grand prix du roman de l’Académie française). Ayant fait de l’histoire sa principale source d’inspiration, l’auteur en inverse le cours et livre une uchronie où la conquête de Christophe Colomb, débarqué en 1492, est un échec. En 1531, le chef inca Atahualpa traverse l’océan pour conquérir l’Europe de Charles Quint. A partir de références historiques bien réelles, ce roman revisite les jugements, explore les potentialités de l’histoire, et pose la question : “et si …?”

Un questionnement au cœur de la journée de réflexion du vendredi 9 octobre, où Laurent Binet vous invite à explorer les liens entre histoire et littérature, entre auteurs et historiens. Il sera présent tout au long des Extras pour rencontrer les publics et accompagner les pas des auteurs de premiers romans.

 

Comment imaginer l’au‑delà des mers ? Atahualpa savait trouver les mots : “Ma sœur, allons voir d’où vient le soleil” […] Et si jamais nous coulons, eh bien qu’il en soit ainsi. Nous irons retrouver Pachacamac au fond de la mer. Mais si jamais nous passons…Quel voyage !

Bibliographie sélective

Civilizations, Grasset 2019
La septième fonction du langage, Grasset 2015
HHhH, Grasset 2010

Laurent Binet