Andy Charman

Crow Court , Unbound

Andy Charman

Professeur d’écriture créative, Andy Charman a grandi près de Wimborne Minster, là où se déroule l’histoire de son premier roman. Au printemps 1840, un enfant est retrouvé noyé: ce fait tragique est le point de départ d’une chronique qui se déploie sur quatorze épisodes entrelacés, brossant le portrait de toute une communauté à la recherche de la vérité. Chronique d’une époque, Crow Court relève les contradictions de la société victorienne, entre pratique religieuse et hypocrisie, tradition et modernité, contrainte sociale et liberté individuelle. Un récit intelligent, passionnant, inventif, émouvant servi par une écriture maîtrisée.

Photo : ©AlexFreemanPhotography

Il se retrouvait dans la fraîcheur de cet après‑midi de printemps, sous le ciel gris, avec  un nombre si limité d’options que c’en était une souffrance. […] Un corbeau…  s’envola dans la direction que Giles avait prise. Il pensa que son plumage sombre et la longue courbe sinistre de ses ailes étaient parfaitement en accord avec son humeur.

Crow Court

par les lecteurs de Lectures Plurielles

Crow Court

par les lecteurs de Lectures Plurielles

Quel est votre premier souvenir de lecteur ? Je me souviens de ce que j’ai ressenti avec les tout premiers livres de lecture à l’école. J’avais quatre ou cinq ans, j’étais tombé en amour de ces étranges objets qui contenaient des mots. Je m’étonnais des odeurs, des couleurs et des sons qu’ils renfermaient : ils évinçaient tous les autres objets de la classe. La première histoire dont je me souviens, c’est la lecture du Hobbit par un de nos professeurs, mais ce souvenir est proche de ce que je viens de dire : la révélation qu’un livre pouvait contenir tout un monde.

Quel est votre livre favori, que vous recommanderiez absolument ? Vous êtes vraiment sadique de me demander de n’en choisir qu’un ! J’adore le livre de Claire-Louise Bennet : Pond : c’est un recueil de nouvelles qui, d’après l’explication de l’auteur, trouvent leur inspiration dans la phénoménologie. C’est très intelligent ! Et pour l’habileté et le talent d’écriture, rien ne vaut Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway. Mais pour la sagesse et la profonde compréhension du pourquoi et du comment nous, humains, aimons raconter des histoires, je recommande souvent Le héros aux mille et un visages de Joseph Campbell.

Quel roman aimeriez vous avoir lu et n’avez pas encore lu ? Il y en a tant ! Si je regarde de gauche à droite l’étagère que j’ai sous les yeux : La Pesanteur et la Grâce de Simone Weil, Forty rules of love d’Elif Shafak, Les années d’Annie Ernaux, Piranèse de Susanna Clarke, The case of Comrade Tulayev de Victor Serge.

Quel était le sujet de votre première histoire ? Celle dont je me souviens était un mélange du Voyage au centre de la terre et de La machine à explorer le temps : les périodes de l’Histoire étaient enfouies sous la croûte terrestre et mes trois héros creusaient jusqu’à atteindre l’époque romaine puis s’engageaient dans l’armée romaine.