Lectures critiques à l’université de Turin

Depuis treize ans déjà, les étudiants du Département de Langues et Littératures Étrangères de l’Université de Turin découvrent les premiers romans d’auteurs francophones proposés chaque année par Lectures Plurielles.

Dans la perspective de devenir des « lecteurs pluriels » eux aussi, leur professeure Cristina Trinchero leur a proposé de partager les travaux réalisés dans le cadre du Laboratoire sur le roman français contemporain : commentaires, compte-rendus, critiques littéraires… et, désormais étudiants de l’âge numérique, des annotations en ligne des premières pages des romans qu’ils ont lus et dont ils ont discuté en classe. Pour leurs annotations en ligne et collectives, ils utilisent la plateforme Hypothes.is.


En 2019, avec une nouvelle professeure, Roberta Sapino, ils travailleront sur l’auteur confirmé
Arno Bertina et son Des châteaux qui brûlent (Verticales) et ils analyseront les premiers romans de :
Marie-Fleur Albecker,
Et j’abattrai l’arrogance des tyrans (Aux forges de Vulcain)
Hector Mathis
, K.O, (Buchet-Chastel)
Jean-Baptiste Naudet, La blessure (L’iconoclaste)
Gabrielle Schaff, Passé inaperçu (Seuil)
Annick Walachniewicz
, Il ne portait pas de chandail,(L’arbre à paroles).


Lors de l’édition 2018, ils s’étaient penchés sur le deuxième roman d’Olivier Bourdeaut,
Pactum Salis (Finitude), et sur Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud (Flammarion). Stéphane Arfi, Laëtitia Colombani, Adrien Genoudet et Maryam Madjidi ont été les auteurs dont ils ont examiné les premiers romans parus en 2017, toujours  en s’appuyant sur les ressources du numérique.

Stéphane Arfi, La vie magnifique de Franck Dragon, Paris, Grasset, 2017

Laëtitia Colombani, La tresse, Paris, Grasset, 2017

Adrien Genoudet, L’étreinte, Paris, Inculte, 2017

Maryam Madjidi, Marx et la poupée, Paris, Le Nouvel Attila, 2017


En 2017, ils ont travaillé sur les romans de Mathias Enard et Philippe Besson, tandis que, parmi les primo-romanciers, ils ont analysé les textes de Paul Baldenberger, Olivier Bourdeaut, Jean-Marc Ceci et Emmanuel Régnier.

Paul Baldenberger, A la place du mort. (Equateurs)

Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles (Finitude)

Jean-Marc Ceci, Monsieur Origami (Gallimard)

Emmanuelle Regniez, Notre château. (Le Tripode)


Le travail expérimental d’annotation en ligne fait partie du
projet de recherche Open Literature, qui réunit un groupe de chercheurs et professeurs du même Département, aussi bien que des bibliothécaires de l’Université de Turin, autour des enjeux du numérique dans la lecture, l’écriture, les ressources pour la conservation, la diffusion et l’étude des ouvrages littéraires dans le domaine public. Ce projet vise l’exploitation vertueuse du numérique, dans un contexte de partage des idées et des résultats de la recherche scientifique.