Avis de lecture sur L’Amer du thé 9 janv. 20

Petits ou grands lecteurs, à la recherche d’un livre à découvrir, à partager, à offrir ?
Voici quelques avis de lecture sur les premiers romans francophones en lice pour le prochain Festival du premier roman !

 

Laure, lectrice du comité d’Aix les Bains :

L’amer du thé, de Jean Darot (Editions Paroles)

Etonnante , cette histoire d’un homme dont la vie apparait comme un conte pour adultes dans un style éblouissant , feu d’artifice des sens ! Né en Chine d’un père reconnu et respecté dans tout le pays pour ses expertises en matière de thé mais que les évènements liés à Mao vont décider à revenir en Europe , le petit garçon traverse à pied l’immensité du pays et subit une double initiation : celle de son père en matière des différentes saveurs de thé , celle d’une jeune chinoise rompue à toutes les disciplines qui lui sert de « garde du corps » au sens propre mais qui lui fait découvrir le pouvoir des sens ( l’ouïe, la vue, l’odorat ) au contact de la nature. L’enfant devient un homme. Les descriptions du « toucher » au contact des peaux « collés » corps à corps devient amour et sensualité. On sait qu’il feront leur vie ensemble dans la culture des théiers en Provence. Au retour d’un voyage vers la mer du Nord , la pêche et le bateau qui lui fera connaître d’autres amours.

Le premier thème , titre du livre, parle du thé et de ses variations de saveurs, vocabulaire précis tout comme pour le vin. Le thème suivant, les voyages, nous montre l’immensité de la Chine ou celle de la mer et du Groenland. Enfin, l’amour du petit garçon sans mère qui devient l’amour d’un homme, sous-tend tout le roman. Le lecteur est ébloui et ravi… ou saturé par un tel feu d’artifice de style.

Pour ma part, je l’ai savouré bien que préférant le vin au thé…

PS : Le thé amer est le préféré des vieux chinois